Wilsdorf dévoile son projet à la caserne

Wilsdorf dévoile son projet à la caserne

Ça y est. Cinq après que le site de la Caserne des Vernets ait été identifié comme une importante « porte d’entrée » au sein du secteur Praille-Acacias-Vernets – un site permettant potentiellement « la construction de logements publics, l'introduction d'activités commerciales ou socioculturelles » (voir le master-plan d’Ernst Niklaus Fausch, 2007) – la Fondation Hans Wilsdorf, qui attend l’ouverture prochaine de « son » pont à quelques mètres de la Caserne, a présenté un rapport au Conseil d’Etat où sont esquissés les contours d’un nouveau « quartier écologiquement responsable » selon les termes du président de la Fondation (cf. la Tribune de Genève, « Le nouveau visage des Vernets se dessine en hauteur »).

Le programme ? 1'000 logements (dont des logements étudiants et des logements subventionnés), six tours d’une soixantaine de mètres, des espaces universitaires… Autrement dit, des ambitions qui répondent (en partie) à l’engagement de l’ARV, soucieuse de créer sur ce site un centre aux fonctionnalités diversifiées et intégrées au quartier. Reste en suspend la question des lieux culturels (espaces pour le théâtre, la danse, les arts visuels ou les loisirs nocturnes proposés par l’ARV dans son projet kaZern ) qui n’est, pour l’instant, pas évoquée par l’article de la Tribune de Genève. Toutefois l'étude présentée par la Fondation Hans Wilsdorf correspond à une étude de faisabilité, qui a pour but de poser les jalons prinicpaux de l'aménagement, et qui a une vocation évolutive avant sa transformation en Plan Localisé de Quartier PAV. Ainsi l'ARV, qui a pu nouer durant l'année 2011 des contacts préliminaires avec la Fondation et le DCTI, poursuit actuellement son travail auprès du Conseil d'Etat afin d'intégrer, à terme, un centre culturel au site.

En ce qui concerne la réalisation du projet, l'article mentionne que cela ne se fera pas avant 2015, si « tout se passe bien et sans recours » rappelle le président de la Fondation . Il faut dire que d'autres paramètres et acteurs que la Fondation ont une influence sur le délai de réalisation: le site est toujours occupé par les militaires et fait l’objet d’un bail entre la confédération et le canton jusqu’en 2040. Par ailleurs, l’Etat n’est pas lié aux résultats de cette étude (qui a été faite « pour la collectivité » selon le président de la Fondation) mais semble néanmoins intéressé à aller plus loin puisqu’il a monté un groupe d’étude pour le financement du projet.

Comme évoqué plus haut, nous continuons du côté de l’ARV à militer pour un aménagement mixte du site où la culture ferait clairement l’objet d’une politique urbaine visionnaire et volontariste. Nous suivons le dossier avec intérêt puisque l’étude de la Fondation (à l’origine, rappelons-le, d’une donation qui a permis de créer la Fondation pour la promotion de lieux pour la culture émergente) dessine pour la première fois les contours d’un nouveau quartier. Nous souhaitons en effet que celui-ci ne se réduise pas seulement à un espace-dortoir la nuit, et à un espace d’étude le jour, mais qu'il fasse l'objet de solutions à la pénurie de lieux culturels au niveau de la ville et du canton tout en donnant une véritable identité aux quartiers des Acacias et des Vernets.

Fichiers